Défense des animaux

Les animaux, en tant qu’êtres vivants, disposent de droits, tout comme les êtres humains. Il existe en effet une déclaration universelle des droits de l’animal, mise au point par la fondation ligue française des droits de l’animal.

Comme pour la déclaration des droits de l’homme, cette charte de droits n’a pas fonction de texte de loi et est malheureusement encore trop souvent non respectée.

Les associations qui luttent pour la défense des animaux font face à différents types de difficultés : les mauvais traitements, la captivité dans de mauvaises conditions, les expérimentations, etc.

Les mauvais traitements

La sécurité et le bienêtre physique et psychique des animaux doivent être assurés, aussi bien chez les particuliers, que dans les élevages, les abattoirs, les marchés et les foires.

Il existe des règlementations qui fixent certaines obligations du maitre par rapport à son animal comme la loi du 11 mai 2007 (modifiant celle du 14 aout 1986).

La captivité

La captivité peut malheureusement se faire dans de mauvaises conditions.
Or, tout animal de compagnie ou détenu en captivité doit pouvoir disposer d’un logement et d’une certaine liberté de mouvement. La plupart des animaux détenus en captivité (notamment dans les zoos) souffrent d’inactivité et d’ennui ce qui a des répercussions sur leur santé.

Par exemple, les conditions de détention des dauphins dans les delphinariums sont rarement conformes aux normes légales jugées nécessaires à leur bienêtre.

Les expérimentations

Il existe une loi de la Convention européenne sur la protection des animaux vertébrés utilisés à des fins expérimentales.

Les seules interventions autorisées par la loi sont celles qui sont :

Ces expériences doivent toutefois être réduites au strict nécessaire et appliquées uniquement si les objectifs poursuivis ne peuvent être atteints pas d’autres méthodes. Lors de ces expérimentations, des mesures doivent être prises pour éviter ou réduire au maximum les douleurs et souffrances (physiques et psychiques) de l’animal.
Par exemple, l’anesthésie doit être pratiquée quand cela est possible.

Autre menace

Les associations de défense des animaux doivent aussi lutter contre d’autres menaces telles que les braconniers qui chassent afin de s’enrichir hors des limites imposées par la loi. Les éléphants pour leurs défenses, les phoques pour leurs fourrures et bien d’autres animaux en voie de disparition sont ainsi quotidiennement les victimes de ces chasseurs. Certaines espèces disparaitront totalement de notre planète si de tels massacres ne sont pas stoppés

Pour en savoir plus

Liste de sites Internet pour la protection animale
Animaux en péril
Dauphin libre

GAIA : groupe d’action dans l’intérêt des animaux
Galerie Ravenstein, 27 – 1000 Bruxelles
Tel : 02/245.29.50
formulaire : https://www.gaia.be/fr/contact

SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.