Faire de la politique

Il existe différentes façons de s’engager politiquement.
La plupart des citoyens en restent au vote, d’autres s’engagent dans un parti ou un mouvement de jeunesse politique.
D’autres encore consacrent leur vie à la politique, en choisissant d’étudier la politique ou d’exercer une fonction en lien avec les activités politiques du pays.

Les mouvements jeunesse politique

Il existe des mouvements de jeunesse politiques qui sont liés à un parti particulier.
Selon tes convictions, et si tu veux t’engager particulièrement, tu peux t’inscrire dans un de ces mouvements.

Voici quelques mouvements francophones :

Si tu veux t’inscrire dans un parti politique, réfère-toi aux coordonnées citées plus haut pour contacter le parti choisi. Les démarches sont différentes pour chaque parti.

Les formations et les métiers liés à la politique

Il n’y a que peu de formations destinées directement aux métiers de la politique.
Il existe un master en sciences politiques et un master en affaires publiques et internationales.

Ces diplômes peuvent vous conduire vers différents créneaux professionnels. Il est notamment possible de travailler dans un cabinet ministériel, au Parlement ou dans la Fonction publique.

Par contre, il est possible d’exercer un mandat, une fonction publique en ayant suivi bien d’autres filières d’études, dans des domaines très variés. Par exemple, le secrétariat, la communication, etc.

A côté des personnes mandatées pour nous représenter, tous les professionnels qui les entourent participent à la fonction publique, comme par exemple la(le) réceptionniste du cabinet ministériel, le(la) secrétaire du Conseil communal, etc.

Devenir politicien

Pour devenir conseiller communal, le fait de poser sa candidature ne suffit pas. Le choix des candidatures retenues par le district de ta commune va dépendre de conditions et de critères différents selon les partis politiques.

Dans tous les cas, l’investissement de la personne, son expérience, les actes militants et les projets actifs initiés auront une influence sur le choix du candidat. Mais d’autres critères indépendants de la personne candidate viendront orienter le choix des candidats retenus, comme certains quotas à respecter (sexe, nationalité).

Le passage d’un niveau d’autorité à un autre (par exemple de conseiller communal à échevin, etc.) n’est pas défini a priori ; c’est-à-dire qu’il n’existe pas de trajectoire toute tracée jusqu’au cabinet ministériel. Les fonctions occupées successivement peuvent être différentes et la progression dans la durée est très variable. Les parcours de chacun pourront être différents et là encore, certains éléments viendront orienter la trajectoire :

Tu vois donc que devenir politicien n’est pas un parcours classique et demande beaucoup d’investissement. Il s’agit d’un secteur où les compétences et l’initiative doivent être présentes conjointement, et où la patience est une qualité précieuse pour attendre d’être entendu.

SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.