L’ONEM

Dans le système de sécurité sociale belge, l’ONEM – Office National de l’Emploi – est chargé de l’organisation de l’assurance-chômage, ce qui implique l’octroi d’un revenu de remplacement aux chômeurs involontaires et à d’autres catégories assimilées.

Actuellement, plus d’un million de personnes bénéficient chaque mois d’une indemnité versée par l’Office (soit 1.300.000 personnes différentes sur base annuelle). Cela représente un budget de plus de 9 milliards d’euros par an.

Pour se convaincre de l’importance de la mission sociale de l’ONEM, il suffit de rappeler que 35 % des ménages belges échappent à la pauvreté grâce au versement d’un revenu de remplacement.

Cette énorme responsabilité, l’ONEM l’assume en développant un service de qualité qui se décline à trois niveaux : la prévention, l’indemnisation et l’insertion.

Prévention

Il s’agit de préserver le lien contractuel entre l’employeur et le travailleur aussi longtemps que la situation présente un caractère réellement temporaire (et donc non structurel) et éviter ainsi une mise en chômage complet et par la suite d’éventuels problèmes de réinsertion.

Le système belge du chômage prévoit que dans certaines hypothèses de suspension de son contrat de travail, le travailleur est pris en charge comme chômeur temporaire.

Dans le système de l’interruption de carrière, le lien contractuel entre le travailleur et son employeur est également maintenu.

Indemnisation

Lorsque le lien contractuel entre le travailleur et son employeur est rompu, le travailleur est pris en charge via :

– l’indemnisation en chômage ordinaire (sur base d’un travail salarié ou sur base des études) ;
– l’indemnisation dans le régime des pré-pensions conventionnelles.

Insertion

Si le travailleur est en chômage complet, l’ONEM collabore à l’exécution de mesures qui ont pour objectif la remise au travail des chômeurs.

Le rôle de l’ONEM varie d’une mesure à l’autre : il va de la simple délivrance d’une attestation à un rôle beaucoup plus actif.

Ainsi, dans le système des Agences Locales pour l’Emploi (ALE), l’objectif est de satisfaire la demande d’un certain nombre d’activités non rencontrées par les circuits de travail réguliers et la demande d’emploi de la part de chômeurs de longue durée et des minimexés.

Le plan activa est un moyen pour augmenter le taux d’emploi en général, et celui des travailleurs âgés (de 45 ans et plus) en particulier, par la réinsertion professionnelle des demandeurs d’emploi dans le circuit du travail normal, en octroyant une dispense partielle du paiement des cotisations patronales ONSS et une « allocation de travail » que l’employeur peut déduire du salaire net à payer.

SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.