Les nouveaux modèles culturels

Actuellement, le sujet de la culture est souvent abordé. On s’interroge sur la culture de la société et son évolution.

Nous assistons, d’une part, à une certaine perte de repères liée à la baisse de l’importance de certaines traditions et, d’autre part, les référents et les exemples culturels auxquels nous avons accès se multiplient par les grandes possibilités de communication et d’information, les médias, etc. ;

Dans cette situation de diversité qui amène un certain « flou culturel », trois scénarios sont fréquents :

Perte d’identité culturelle ou déculturation

Le progrès technologique, la consommation, l’individualisme croissant, la perte des traditions, les difficultés socio-économiques, etc. rendent nos modèles culturels et sociaux très mouvants.

Notre société est marquée par l’usure de certains principes et certaines valeurs plus traditionnels et, en même temps, par la multiplicité de modèles culturels différents qui sont rendus accessibles par les nouveaux modes de communication.

Nous sommes donc dans une période de perte de repères et de « flou culturel ». La dégradation ou la perte de l’identité culturelle est appelée déculturation. Dans ce contexte incertain, chacun s’interroge et cherche à trouver du sens.

Réponse des jeunes ou contre-culture

Face à cette perte de repères, on peut observer que se dessinent certaines réponses. En effet, les changements sociétaux amènent les nouvelles générations à trouver de nouveaux modes d’expression.

Nous assistons à des mutations culturelles. Dans une situation de changement, un nouvel équilibre est recherché, une quête de sens s’enclenche. Cette envie de création de sens permet de faire émerger de nouvelles attitudes.

Ainsi, l’art et la création permettent de s’affirmer en réintroduisant du sens. Par exemple, le rap est un style musical qui revendique certains messages de révolte par rapport à la société et qui met en évidence des questions à se poser pour faire changer les choses.
Les jeunes mettent en œuvre des ressources qui les font exister et les rendent acteurs ; ils développent de nouveaux modèles culturels. Leur propre culture !

Face à la galère, l’art peut être un moyen de retrouver de l’énergie et de redonner un sens à l’existence. Il peut permettre de se réaliser, de construire son identité.

La contre-culture

Une « contre-culture » est un modèle qui peut naitre face aux modèles culturels dominants ou majoritaires, comme une réaction à ceux-ci.

Par exemple, certains styles particuliers se développent en opposition aux modèles vestimentaires et musicaux plus commerciaux, comme le style « grunge ».

Rencontres entre cultures, l’acculturation

Il y a acculturation lorsque deux cultures différentes se rencontrent et qu’elles se redéfinissent l’une l’autre par leur prise de contact, leur proximité.

Chacun des deux modèles peut assimiler des éléments de l’autre et un troisième modèle se crée, qui est celui du partage des deux autres.
Elle peut être ressentie comme un partage et un enrichissement, mais aussi comme une coupure. Elle peut même amener un certain déracinement, surtout si un des deux modèles se fait dominer par l’autre.

Par exemple, lors de l’union de deux personnes de religions différentes, il est nécessaire pour chacun de respecter et tenir compte des convictions de l’autre. Le quotidien du couple doit être adapté aux deux philosophies de vie, aux deux types de pratiques. Si le couple a des enfants, il leur fera partager ce qu’il aura retenu de positif dans chacune des deux pratiques. Les enfants seront les porteurs d’un modèle culturel mixte construit par le mélange des deux cultures de leurs parents.

SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.