Deux personnes dans un rayon de magasin

La consommation culturelle

Comme tous les biens et toutes les activités, les biens et activités culturels s’insèrent dans les mécanismes de la consommation.

Qu’est-ce que ça veut dire ? A-t-on tous accès à la culture facilement ? Et si pas, la distance à la culture peut-elle être facteur d’exclusion ? Quelles sont les initiatives existantes pour favoriser l’accès à la culture ?

Bien de consommation

La culture est « à consommer ». Or consommation est synonyme de marché et d’échange.

Premièrement, il existe une multiplicité d’offres culturelles entre lesquelles il faut se positionner. Le marché culturel implique qu’il faille choisir les activités culturelles qui te plaisent au milieu de toutes celles qui te sont proposées, mais aussi que tu peux comparer ce que la société et les médias te présentent afin de faire ton choix.

Deuxièmement, cela implique aussi d’assumer les frais liés à ces activités. L’accès à la culture n’est malheureusement pas toujours gratuit !

Ainsi, comme pour tous les biens de consommation, ces éléments de prix et de choix à effectuer impliquent que chacun ait un accès plus ou moins large aux éléments culturels.

Accès facile ?

Par l’enrichissement et l’épanouissement qu’elle permet, la culture est un bien qu’on conseille de consommer sans modération ! Cependant, la culture est-elle toujours facilement accessible ?

Comme on l’a déjà dit, il est nécessaire de se confronter à la dimension financière. Les pratiques culturelles impliquent un certain coût, qui peut être élevé ! Par exemple : les places de concert, les places de cinéma, l’achat de livres, etc.
Mais il existe d’autres freins… L’accès à la culture nécessite d’être informé des possibilités d’activités, des endroits où elles s’organisent, des nouveaux évènements, etc. Ces informations sont surtout diffusées par les médias. Il faut donc avoir le temps et la possibilité de se tenir informé, voire de faire des recherches sur les domaines qui nous intéressent.
Accéder à la culture implique aussi une certaine mobilité ! Il faut avoir un moyen de transport pour se rendre vers les lieux culturels éloignés.
Enfin, aller vers la culture implique d’OSER … Oser franchir des portes, oser découvrir des personnes et des choses inconnues, voire oser changer ses habitudes…

Ainsi, malheureusement, toutes les activités culturelles ne sont pas accessibles à tous, en toutes circonstances, à chaque fois qu’on le désirerait. On peut être limité dans ses possibilités culturelles, ce qui peut engendrer de la frustration, voire un sentiment d’exclusion.

« Tout le monde n’a pas la chance d’accéder aux multiples expressions culturelles, d’obtenir des informations auxquelles nous n’avons pas facilement accès au quotidien » (Pauline).

Parfois facteur d’exclusion

Dans les cas où un individu n’a pas accès à certains éléments de culture, cette difficulté peut amener de la frustration.
Par exemple, un jeune qui n’a pas les moyens financiers de s’offrir l’équipement sportif ou l’abonnement dont il aurait besoin pour réaliser une activité qui lui tient à cœur et qui ne peut donc pas la partager avec ses amis.

Dans d’autres cas, la distance à la culture peut aller jusqu’à devenir un facteur d’exclusion ! Le phénomène de l’exclusion est caractérisé par une rupture de certains liens sociaux, voire par une crise identitaire. Elle peut entrainer la dévalorisation et la honte.
Par exemple, une personne, qui n’a pas eu la chance d’acquérir des savoirs et des savoir-faire lui permettant d’avoir accès à un travail souhaité, peut se sentir exclue du monde du travail et souffrir de ne pas se sentir utile et reconnue.

L’exclusion culturelle concerne un rejet ou une différence ressenti en raison de pratiques ou d’un mode de vie considérées comme « non-conformes » à ce qui fait la majorité dans la société ; l’individu n’entre pas dans les normes.

Quelques initiatives favorisant l’accès à la culture

En toute conscience de l’importance des apports culturels, mais aussi des difficultés liées aux choix culturels à réaliser et à l’accès peu aisé à beaucoup d’activités culturelles, de nombreuses initiatives ont vu le jour afin de promouvoir au mieux l’accès à la culture pour tous.

Par exemple : l’asbl Article 27, la médiation culturelle, etc.

Consulte aussi notre point sur la promotion des activités culturelles.

Article 27
L’initiative intitulée « Article 27 » se base sur le 27e article de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, qui dit : « Toute personne a le droit de prendre part librement à la vie culturelle de la communauté, de jouir des arts et de participer au progrès scientifique et aux bienfaits qui en résultent ».

L’objectif de l’association « Article 27 » est de faciliter l’accès des personnes en situation sociale et/ou économique difficile à toutes formes de cultures, et ce, via un travail en partenariat avec les lieux de diffusion culturelle et les partenaires sociaux ainsi qu’avec une politique d’information et d’ouverture à la réflexion. Au niveau concret, l’association pratique une réduction du prix des places aux manifestations culturelles (tarif de 1.25€), l’accompagnement des publics vers les institutions culturelles, etc.

Pour en savoir plus sur l’Article 27.

Médiation culturelle
Les initiatives de médiation culturelle visent à favoriser les échanges et le partage entre personnes n’ayant pas les mêmes modèles de référence, ainsi qu’à faciliter l’accès à certains éléments culturels et leur juste compréhension.

Initiatives visant le dialogue interculturel (Culture et démocratie)

Autres

Certaines ASBL ont aussi pour objectif de favoriser la diffusion de nouveaux talents et de les faire connaître au public. Par exemple :

SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.