Les différents types de famille

Toutes les familles sont différentes ou plutôt chaque famille est unique. Il existe cependant certaines situations familiales particulières que nous allons aborder ici.

Pendant longtemps, la famille classique a été la famille nucléaire composée de papa, maman, et les enfants. Aujourd’hui, le contexte de la société fait que de nouvelles formes de familles émergent. Par exemple, l’augmentation du nombre de divorces (qui implique de nombreux remariages ou nouvelles unions) amène à l’explosion du nombre de familles recomposées et de familles monoparentales.

Les familles recomposées

Une famille recomposée est une famille avec un ou plusieurs enfants dont l’un des deux conjoints n’est pas le parent.

Une famille recomposée c’est la cohabitation d’un des parents naturels, de ses enfants, de son nouveau conjoint et d’enfants issus d’une première union ou encore d’enfants issus du nouveau couple constitué.

Ce type de famille est estimé à 8 % en Belgique, il ne s’agit donc plus d’un phénomène peu courant. Cependant, ces familles n’ont pas encore de statut reconnu. Par exemple, le nouveau conjoint de la maman d’un enfant d’une première union n’a aucune autorité parentale sur cet enfant, quelles que soient les circonstances (même si le père naturel n’a plus d’autorité parentale reconnue). Des propositions de lois existent pour élargir la définition et l’attribution de l’autorité parentale mais aucune n’a encore été votée.

La notion de parenté sociale a vu le jour pour désigner le rôle éducatif que peuvent remplir des conjoints dans cette situation. Remarquons que, paradoxalement, si le beau-père n’a pas de fonction parentale reconnue, il est reconnu et pris en compte au niveau fiscal.

Les familles monoparentales

La famille monoparentale est composée d’un seul parent vivant avec au moins un enfant (enfant devant lui-même être célibataire et sans enfant). Pour être considéré comme famille monoparentale, il est nécessaire que le parent assume seul les responsabilités éducatives et financières concernant l’enfant.

Les familles monoparentales représenteraient 12 à 14% des ménages. Si la majorité des parents isolés sont des femmes, il existe une petite part de papas qui élèvent seuls leur(s) enfant(s).

Il faut remarquer que cette situation n’est pas facile et que les parents isolés accumulent souvent les difficultés économiques, sociales et relationnelles. Ils souffrent ainsi d’un taux de stress élevé. Il leur est difficile d’assumer un emploi et de s’occuper de leurs enfants ; il est donc parfois nécessaire de recourir à des aides extérieures.