Drapeau européen

Les réformes

Les réformes « de Bologne », ça vient d’où?
En 1999, 29 pays signent des accords historiques lors du sommet de Bologne.

Objectifs :
harmoniser les études supérieures européennes afin de favoriser la mobilité des travailleurs (grâce à une meilleure lisibilité des cursus);
– permettre aux étudiants qui suivent une partie de leur cursus à l’étranger, de valoriser les «crédits» ainsi obtenus dans leur Haute Ecole ou leur Université de base.

Gros progrès dans un pays où les études faites en Flandre n’étaient pas reconnues automatiquement en Communauté française… En tout, 47 pays sont concernés par le processus d’harmonisation.

Qu’est-ce qu’un ECTS ?

European Credit Transfer System ? C’est quoi ces crédits ?

C’est une unité qui permet de comptabiliser le temps moyen consacré aux
«activités d’études» et qui tient compte du temps passé à :
– suivre le cours
– approfondir des recherches personnelles
– réaliser des travaux de groupe…
mais pas du temps consacré à préparer tes examens !

Un crédit représente en moyenne 24 heures de travail. Une année comprend 60 crédits ou ECTS (European Credit Transfer System) qui, comme son nom l’indique, est une unité de mesure commune aux différents pays signataires.

En résumé : 1 an d’études = 60 ECTS x 24h de travail x 40 semaines…ça fait environ 1440h.

Ces crédits peuvent être acquis en dehors du système d’enseignement supérieur (ex : enseignement tout au long de la vie) dans la mesure où ils sont reconnus par les établissements d’enseignement supérieur concernés. Ils peuvent être accumulés dans plusieurs établissements.

Nouvelle structure

L’organisation de l’enseignement supérieur n’a pas été totalement bouleversée.
Un tas de choses restent les mêmes :
– l’enseignement supérieur de type court ne change pas (à part de nom) ;
– les passerelles ;
– les bourses ;
– le calendrier académique (sauf quelques précisions sur la division en quadrimestres) ;
– la situation des bisseurs-trisseurs.

Concrètement, qu’est-ce qui a changé?

Les études supérieures sont désormais construites sur une base commune à tous les pays signataires du traité de Bologne : le fameux 3-5-8.

Un seul cycle professionnalisant en 3 ans et 180 crédits (voire 240 en 4 ans) ; c’est l’enseignement de type court, on obtient un baccalauréat professionnalisant.

Plusieurs cycles :
– 1er cycle de transition en 3 ans et 180 ECTS ;
– 2e cycle en 2 ans et 120 ECTS (sauf exception) ;
– 3e cycle qui comprend exclusivement les thèses de doctorat (à l’Université seulement).
C’est l’enseignement supérieur de type long et l’Université.
Ce qui revient pour la majorité des cursus à un allongement d’un an pour le 1er cycle.

Secteurs d’études

Les études supérieures sont organisées en 26 domaines.
Ces 26 domaines d’études sont répartis en 4 secteurs de la façon suivante :

Secteur 1 : Les sciences humaines et sociales

1. Philosophie
2. Théologie
3. Langues, lettres et traductologie ;
4. Histoire, histoire de l’art et archéologie ;
5. Information et communication ;
6. Sciences politiques et sociales ;
7. Sciences juridiques ;
8. Criminologie ;
9. Sciences économiques et de gestion ;
10. Sciences psychologiques et de l’éducation ;

Secteur 2 : La santé

11. Sciences médicales ;
12. Sciences vétérinaires ;
13. Sciences dentaires ;
14. Sciences biomédicales et pharmaceutiques ;
15. Sciences de la santé publique ;
16. Sciences de la motricité ;

Secteur 3 : Les sciences et techniques

17. Sciences ;
18. Sciences agronomiques et ingénierie biologique ;
19. Sciences de l’ingénieur ;
20. Art de bâtir et urbanisme ;

Secteur 4 : L’art

21. Art et science de l’art ;
22. Arts plastiques, visuels et de l’espace ;
23. Musique ;
24. Théâtre et arts de la parole ;
25. Arts du spectacle et technique de diffusion et de communication ;
26. Danse.

Les études supérieures longues en architecture sont organisées par les universités.

Remarque : les titres professionnels.

Les passerelles

Le nouveau système permet encore des passages d’un type d’enseignement à l’autre (type court, type long, universitaire).

La mobilité et la valorisation des crédits commencent là, à l’intérieur même du système de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Il semble qu’un passage soit maintenu aux mêmes conditions.

Attention ! Le décret paysage du 7 novembre 2013 définit et modifie l’organisation académique des études. Les passerelles entre les cursus de type court (bachelier) et ceux de type long (master) sont assouplies. Ainsi, l’année préparatoire n’existe plus. Tu pourras passer d’un bachelier à un master, mais il se pourrait que, dans certains cas, ton programme soit adapté (suivre maximum 60 crédits supplémentaires).

Pour plus d’informations sur les passerelles, n’hésite pas à consulter notre point « Les passerelles » de ce chapitre.

 Les académies

Les Académies, qu’est-ce que c’est ?
C’est un regroupement « normalement volontaire » des entités universitaires autour des 3 universités «complètes » (ULB, UCL, ULG). Dans les faits, les associations se sont plutôt faites autour des convictions philosophiques ou réseaux :
– l’Académie universitaire « Louvain » regroupe l’UCL, l’UCL Mons, l’USL-B (Université Saint-Louis – Bruxelles) et UNamur ;
– l’Académie universitaire « Wallonie-Bruxelles » regroupe l’ULB et l’UMons ;
– l’Académie universitaire « Wallonie-Europe » regroupe l’ULG et l’ULG GxABT (ULG – Gembloux Agro-Bio Tech).
Le texte encourage en outre le développement de partenariats occasionnels ou structurels entre Universités et établissements supérieurs dans ou en dehors des Académies.

Pour les étudiants, ça change quoi ?
Les collaborations permettent de mieux « distribuer » les sections d’un point de vue géographique.

Supplément au diplôme

Afin d’apporter plus de lisibilité au diplôme, il est prévu de lui adjoindre un document qui retrace avec précision le parcours, les options et la durée des études.
Il s’agit du Supplément au Diplôme.

La mobilité

Et cette fameuse possibilité de suivre une partie de ses études ailleurs ?
A partir de la 3e année du bachelier, l’étudiant peut valoriser des crédits obtenus dans le cadre d’un autre Institut, voire d’une autre Communauté (germanophone, flamande) ou d’un autre pays. Ceci doit se faire avec l’accord de l’institution dans laquelle on est inscrit bien sûr…

Ça augmente encore le coût des études, ça !
En fait, à part l’allongement éventuel d’un an, les études ne vont pas coûter plus cher : les frais d’inscriptions restent les mêmes, l’accès aux bourses est même facilité et élargi. Si l’Université impose de suivre une partie du cursus dans une autre communauté, elle doit s’assurer des moyens financiers pour couvrir les différents frais. Et puis, le Gouvernement a voté la création d’un fonds d’aide à la mobilité (crédité depuis 2007). La moitié des bourses sont distribuées à des élèves qui perçoivent déjà une allocation d’études de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Et on peut partir combien de temps ?
Les bourses seront octroyées pour un minimum de 4 mois et un maximum d’1 an.
On doit de toute façon suivre au moins 30 ECTS du cycle (la moitié de la valeur d’une année) dans l’institution qui délivre le diplôme.

L’évaluation

En principe, on ne peut présenter un examen que 2 fois la même année.

Excepté pour les étudiants de première génération (qui font leur première année pour la première fois). Afin de donner à ces étudiants une chance supplémentaire de s’évaluer, les examens de janvier sont dispensatoires (on ne doit plus les repasser) s’ils sont réussis MAIS si on échoue, on peut les repasser en juin ET en septembre.

Nouveauté du décret paysage :

Les refus

Les autorités académiques peuvent refuser l’inscription d’un étudiant :

– lorsque l’étudiant a fait l’objet, dans les 5 années académiques précédentes, d’une mesure d’exclusion d’un établissement d’enseignement supérieur pour des raisons disciplinaires ;

– lorsque l’étudiant n’est pas finançable selon les critères de la Fédération Wallonie-Bruxelles ( à l’exclusion des titulaires d’une bourse ou de subside personnel, octroyé par un organisme officiel communautaire, régional, fédéral ou de l’Union européenne) ;

– lorsque les infrastructures et moyens matériels de l’établissement ne permettent plus d’assurer des conditions d’enseignement conformes aux critères de qualité.

Ceci constitue une situation exceptionnelle reconnue par la/le Ministre qui en fixe les modalités d’application.

Adresses utiles

Site de la Fédération Wallonie-Bruxelles (informations sur les études supérieures)
Site de l’Union des Etudiants de la Communauté française – UNECOF
Site de la Fédération des Etudiants Francophones (tous les étudiants en Communauté française de Belgique)
Site du Bureau des Etudiants Administrateurs Interfac de l’ULB
Site du Conseil des Recteurs en Communauté française.

SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.